La domotique et Le Cloud? Une fatalité?

Sylvain Rittre
23rd août 2016 IN Technologie

Un récent article sur ZDNet a soulevé un sujet intéressant : la durée de vie de la technologie de nos jours. Regardez votre téléphone mobile, depuis combien de temps l’avez-vous ? La plupart d’entre nous commence à sentir le besoin d’avoir un nouveau téléphone après 18 mois. Soit parce qu’il commence à ne plus être en état de fonctionner correctement, soit parce que nous souhaitons être à la pointe de la technologie. Dans les deux cas, à cause de l’évolution effrénée des nouvelles technologies, nous sommes poussés à la consommation.

Mis à part le problème massif de déchets électroniques que cela va potentiellement causer, nous allons revenir sur un point similaire ici : Quand est-ce que la durée de vie de la technologie devient trop courte ?

Regardons le domaine IoT (Internet of things). Un panel d’objets communicants censé nous faciliter la vie. Bien sûr certains le font, mais qu’en est-il lorsque l’un de ces objets, auxquels nous devenons si dépendants, ne fonctionne plus ? Ou pire encore, lorsque l’ensemble du service qui les maintient, s’arrête pour de bon et que tous vos objets (qui sont toujours en parfait état de fonctionnement) deviennent inutiles ? Je parle du Cloud. Un mot qui, il y a environ 10 ans, signifiait uniquement les nuages présents dans notre ciel

Le Cloud

Le Cloud est arrivé dans les années 1970, mais sous une forme très grossière. Il a gagné du terrain dans le domaine commercial grand public autour de 2008. Dans un court laps de temps, des dizaines de milliers de dispositifs se sont développés autour du cloud, qui a joué un rôle majeur dans la naissance de l’Internet des objets (Internet of Things).

Cependant, dans un court laps de temps, et avec la consternation de nombreux early adopters, certaines plateformes cloud ont été abandonnées.

Prenez par exemple Revolv, qui propose un hub domotique à 300$. Il a été annoncé il y a quelques mois que le service Web faisant fonctionner le hub et ses objets connectés allait être complètement arrêté, rendant tout son système inutilisable.. Un client a été particulièrement furieux. Il a soulevé la question de savoir si “l’Internet des objets n’annonce pas la fin du concept de propriété ? Achetons-nous juste du matériel éphémère de manière intentionnelle ?” voir l’article

En 2014, Google a racheté Nest proposant un thermostat intelligent, une marque dont les produits ont fait tourner beaucoup de têtes sur le marché des objets connectés. Plus tard dans l’année, Google a racheté la startup Revolv, et deux mois plus tard a annoncé qu’il fermera cette société, en disant que leur intention était de se concentrer exclusivement sur Nest. Et on peut s’attendre à la même démarche pour Nest lorsqu’ils auront trouvé un objet communicant encore plus intéressant.

Alan Zeichick, écrivain et passionné, a écrit un article sur Network World à propos d’une autre société ayant arrêté son service. Etant un fervent utilisateur des caméras VueZone NETGEAR, Zeichick a reçu un email disant “NETGEAR, Inc. mettra fin aux services VueZone le 31 Décembre, 2017”. Les utilisateurs de NETGEAR ont donc 18 mois pour économiser un peu d’argent pour remplacer leur arsenal de caméras vidéo sans fil. Heureusement, après avoir reçu un nombre important de plaintes de leur clients, Netgear a décidé de maintenir son service. …Mais jusqu’à quand ?

Il est compréhensible que les clients soit en colère après que leur système soit rendus inutiles. Il ne semble pas normal que les géants des entreprises puissent laisser leurs clients dans l’embarras comme ça.

Alors, où est la limite entre nous, consommateurs, qui décidons que notre produit a fait son temps et les entreprises qui le décident pour nous ? Nous acceptons de faire évoluer régulièrement un ou deux objets du quotidien tels que tv, smartphone, pc, mais sommes nous prêts (psychologiquement et financièrement) à changer régulièrement TOUS les objets connectés de notre maison ?

Si l’achat d’objets connectés signifie qu’ils ne seront plus pris en charge ou ne fonctionneront plus dans quelques années, alors comment avoir une maison intelligente fiable et pérenne dans le temps ? Eh bien, oubliez le cloud ! Loxone ne nécessite pas de service cloud pour fonctionner. Cela signifie que la durée de vie n’est plus un souci et cela signifie que vos données sont en sécurité, car elles ne sont pas stockées sur des serveurs internet.

Notre solution utilise uniquement Internet pour ajouter des fonctionnalités à votre Smart Home, par exemple en récupérant des données météorologiques, en envoyant des notifications, et vous permettant de gérer votre maison à distance. Ici, il n’y a pas de service cloud. L’utilisation de notre système domotique est donc indépendante d’Internet et il n’y a aucun risque que votre smart home devienne obsolète.

Chez Loxone, cette notion est très importante. Pour nous, votre maison doit vous rendre la vie plus facile en s’occupant de centaines de tâches quotidiennes à votre place, relatives à l’éclairage, au chauffage, à la sécurité, la musique et plus – et tout cela doit se faire sans l’ombre d’un nuage.

Je voudrais en savoir plus sur LOXONE